Breath of the Wild : La Création d’un Prodige est enfin disponible

Quelle fin d’année pour les fans de la série Zelda en général et pour les amoureux de Breath of the Wild en particulier. Après avoir célébré en fin de semaine dernière l’arrivée de Hyrule Warriors : L’Ère du Fléau, c’est au tour des éditions Soleil de nous régaler avec la sortie de Breath of the Wild : La Création d’un Prodige, le livre officiel revenant sur la création du jeu de l’année 2017.

Après des reports et une année 2020 très mouvementée (il y a peu on pensait encore qu’il faudrait attendre janvier 2021 pour l’avoir entre nos mains), il a fini par arriver ce mercredi et Soleil nous a très gentiment fait parvenir un exemplaire il y a quelques jours.

Un très beau bébé

Sur la forme, le livre s’intégrera parfaitement aux côtés des autres ouvrages de la gamme : Hyrule Historia, Art & Artifacts et Encyclopedia. Première surprise : sa couverture s’éloigne finalement de l’édition américaine du livre (Creating a Champion) pour se rapprocher de ce que proposait l’édition japonaise (Master Works). Le rendu est sobre et le verni sélectif lui confère un aspect premium sans faire trop tape à l’œil. C’est évidemment une question de goût, mais je préfère cette couverture à celle des précédents ouvrages.

Couverture de Breath of the Wild : La Création d'un Prodige

Seconde surprise : avec ses 424 pages, il s'avère aussi long qu’Art & Artifacts (430 pages) qui couvrait pourtant beaucoup plus de jeux. On sent immédiatement que l'on va ici pouvoir beaucoup plus rentrer dans les détails. On apprécie que le prix ne se soit pas envolé puisqu’il reste à 45€00, comme Encyclopedia sorti l'an dernier. On image que les coûts de localisation empêchent Soleil de le proposer à un prix similaire à celui d'Art and Artifacts, vendu pour cinq euros de moins, mais avec beaucoup moins de textes.

Une générosité qui fait honneur au jeu

Sur le fond, difficile d’être exhaustif tant le livre est généreux. On pourrait résumer ma première réaction à un « Enfin ! ». Enfin un livre officiel pour l’un des jeux de la série. Enfin un livre faisant honneur à l’une des directions artistiques les plus saluées de ces dernières années. Enfin une traduction française pour ce livre sorti il y a bientôt trois ans au Japon.

La Création d’un Prodige s’ouvre en nous en mettant plein les yeux avec des dizaines d’illustrations pleine-page. Un régal. On entre ensuite dans les coulisses du jeu, avec plus de trois cents pages annotées revenant sur de nombreux aspects de la création artistique : les personnages, les villes et villages, les ennemis, les créatures divines, les animaux, les tenues, la tablette Sheikah, les ponts, les fées, les campements ennemis, les étables, les sanctuaires etc. C’est riche, c’est dense et on a véritablement l’impression que le livre n’essaye pas de faire l’impasse sur certains aspects.

Extrait de Breath of the Wild : La Création d'un Prodige

Le livre enchaîne ensuite vers la section préférée des théoriciens : celle s’attardant sur l’histoire d’Hyrule telle qu’elle nous est présentée dans ce jeu. Il laisse ensuite la parole à Hidemaro Fujibayashi, Satoru Takizawa, Takumi Wada et Eiji Aonuma, respectivement réalisateur, directeur artistique, illustrateur et producteur du jeu. Leurs propos n’ont évidemment pas changé depuis la sortie originale du livre au japon fin 2017, mais il est agréable de voir l’équipe du jeu s’incarner à travers eux. D’ailleurs, si je ne devais exprimer qu’un seul regret, ce serait l’absence de crédits spécifiques pour chaque illustration, un manque courant pour les livres de cet acabit. Certains auraient certainement apprécié qu’une édition limitée semblable à celles produites aux Etats-Unis soit commercialisée en France, mais au lieu de rouspéter, saluons plutôt l’excellent travail réalisé sur cette édition française, qui nous ferait presque oublier l’accident Zelda Encyclopedia.

Avec les fêtes de fin d’année qui approchent à grand pas et la réouverture des commerces dans les jours à venir, on ne peut que vous encourager à vous pencher très sérieusement sur ce magnifique livre qui en gâtera plus d’un. Vous pourrez aussi profiter de votre passage en librairie pour vous procurer le huitième tome du manga Twilight Princess, sorti en toute discrétion le mois dernier.

Le 25 novembre 2020 à 21:42, par Zemo

Avatar de Zemo

À propos de l'auteur :
Entre deux news et deux tweets, j'essaye de rendre PZ plus agréable à visiter et d'organiser des interviews. Des rumeurs circulent sur mon âge avancé, elles sont fausses, je suis juste jeune depuis plus longtemps !

Derniers commentaires sur les forums

Vous devez être connecté pour pouvoir commenter.

Me connecter M'inscrire

Avatar de Zemo
Zemo vendredi 27 novembre 2020, 14:11:53
[...] ça me ferait chier de payer quarante-cinq euros pour une très mauvaise traduction. [...] quand les problèmes de traduction et les fautes sont omniprésents... On ne peut pas toujours défendre corps et âme les traducteurs.

Je suis vraiment loin de trouver que les fautes soient omniprésentes, contrairement à Encyclopédia. A mes yeux, le niveau de qualité de la traduction était vraiment très problématique dans Encyclopedia et ne l'est pas dans La Création d'un Prodige (de ce que j'en ai lu, il est long le bougre). Je n'ai pas envie de les défendre corps et âme par principe (d'ailleurs, pour la traduction d'Encyclopedia, on a fait une news pour pointer le problème), mais pour moi on est vraiment loin d'une très mauvaise traduction dans le cadre de La Création d'un Prodige.

Offrez-vous mieux pour Noël quand même. :hihi:

Sur ce point, je persiste ce que je dis dans la news : à mes yeux, ça peut être un joli cadeau de Noël ! Personnellement, je prends beaucoup de plaisir à picorer quelques pages tous les soirs et il va rester de longues semaines encore sur ma table basse.
Avatar de Neyrin.
Neyrin. vendredi 27 novembre 2020, 13:53:55
Offrez-vous mieux pour Noël quand même. :hihi:
Avatar de Yorick26
Yorick26 vendredi 27 novembre 2020, 13:50:16
Je suis assez d'accord sur le principe. Après, pour en avoir discuté avec Rinkuto, ce qui le dérange des fois ce sont des détails : genre les vertus des sept guerrières gerudo ne sont pas les mêmes entre ce qui est écrit dans le livre et ce qui est écrit succinctement dans le jeu dit par un PNJ, ou "gentil oiseau" parce que le traducteur a voulu faire un néologisme entre gentilhomme et oiseau (y a des guillemets pour présenter cela) au lieu de juste "oiseau distingué". Il y a d'autres passages où il y a plus de fautes et où c'est pas agréable à lire. C'est vrai, mais en tout cas pour l'instant les exemples ne pleuvent pas.

Personnellement, je n'aurais le livre que pour Noël (si je suis sage). Donc je peux pas me faire d'idées précises, mais pour l'instant c'est de cet ordre-là.
Avatar de Neyrin.
Neyrin. vendredi 27 novembre 2020, 13:42:45
Personnellement, ça me ferait chier de payer quarante-cinq euros pour une très mauvaise traduction. Quelques fautes, c'est tolérable (et encore, quand tu trouves ça dans un roman, tu tiques mais tu passes outre) mais là, quand les problèmes de traduction et les fautes sont omniprésents... On ne peut pas toujours défendre corps et âme les traducteurs. Nous restons consommateurs et ce que nous voulons dans nos bibliothèques, c'est un ouvrage de bonne qualité avec une bonne traduction qui le rend agréable à lire.

Enfin, repousser sans arrêt la sortie du bouquin pour avoir ce résultat... Soleil Manga devrait laisser plus de temps aux traducteurs pour qu'ils puissent faire un meilleur boulot. v.v
Avatar de Zemo
Zemo vendredi 27 novembre 2020, 12:35:01
Sur le prix, je pense que ça s'explique en bonne partie par le tirage. Le prix de la licence et le travail de localisation, il va plus facilement s'absorber quand tu tires 50000 exemplaires que quand tu en tires moins de 10000 (j'ai pas de chiffres précis, mais bon ça doit probablement être dans ces eaux là). J'ai pas vérifié, mais il devait déjà y avoir une différence sur les précédents livres. Aussi, le contexte hyper compliqué pour les éditeurs en 2020 doit pas non plus les motiver à voir à la baisse le prix des locomotives des ventes pour les fête de fin d'année... y'a un moment, il faut marger si tu veux voir les caisses se renflouer et éviter de voir toute une chaine de distribution se briser.

Pour la localisation, je n'ai pas la version Dark Horse pour comparer et mes très très maigres compétences en japonais ne me permettent pas de comparer à la VO. Des erreurs, il y en a toujours dans ce genre de gros ouvrages. A titre d'exemple, il y en avait dans Historia, pourtant le niveau de qualité général me convenait. J'imagine facilement qu'il y en a aussi de ce nouveau livre, qui choqueront plus ou moins en fonction du niveau de sensibilité de chacun à ce genre de problème.

Les exemples que j'ai vu pour le moment au sujet de ce livre ne m'ont pas choqués. C'est pas de la traduction mot à mot entre VF et VA, mais c'est pas vraiment ce qu'on demande à un travail de localisation. L'encyclopédie, si tu ouvrais n'importe quelle page, tu pouvais tomber sur de grosses fautes de français ou des nom massacrés. Si pour ce nouveau livre tu dois ouvrir pour comparer ligne à ligne deux traductions pour remonter des fautes ou avoir une connaissance pointue du jeu, c'est quand même qu'on est sur un autre niveau de qualité. Personnellement, je trouve justement qu'ils ont fait du beau gros boulot sur l'utilisation des très nombreux noms propres.