Logo du jeu Zelda II: The Adventure of Link

Zelda II: The Adventure of Link

Nom original : THE LEGEND OF ZELDA 2 リンクの冒険
Sorti sur Famicom et NES en 1990

Logo du jeu Zelda II: The Adventure of Link

Fiche d'information

Boîte du jeu Zelda II: The Adventure of Link

Titre occidental : Zelda II: The Adventure of Link
Titre original : THE LEGEND OF ZELDA 2 リンクの冒険

Développeur : Nintendo EAD
Réalisateur : Shigeru Miyamoto
Producteur : Shigeru Miyamoto

Voir les crédits

Joueurs : 1

Sorti sur Famicom et NES
Europe (France) avril 1990
Canada Etats-Unis 1 décembre 1988
Japon 14 janvier 1987
Réédité sur Nintendo GameCube (Collector’s Edition)
Europe 14 novembre 2003
Canada Etats-Unis 17 novembre 2003
Japon 7 novembre 2003
Réédité sur Game Boy Advance
Europe 7 janvier 2005
Canada Etats-Unis 25 octobre 2004
Japon 10 août 2004
Réédité sur Wii (Console Virtuelle)
Europe 9 février 2007
Canada Etats-Unis 4 juin 2007
Japon 23 janvier 2007
Réédité sur Nintendo 3DS (Programme Ambassadeurs)
Europe 1 septembre 2011
Canada Etats-Unis 31 août 2011
Japon 31 août 2011
Réédité sur Nintendo 3DS (Console Virtuelle)
Europe 13 septembre 2012
Canada Etats-Unis 2 novembre 2012
Japon 6 juin 2012
Réédité sur Wii U (Console Virtuelle)
Europe 26 septembre 2013
Canada Etats-Unis 12 septembre 2013
Japon 11 septembre 2013

Avis sur le jeu

"En admettant que LoZ est le prémice d’une grande saga, AoL en est la confirmation. Malgré des changements décriés tels le scrolling horizontal pour les phases d’action, ou l’aspect RPG du jeu, il est impossible de mettre une note inférieure à celle de son illustre prédécesseur." (par Bobkill)

Historique et présentation

Link dans The Adventure of Link

Link dans The Adventure of Link

La suite de The Legend of Zelda est paradoxalement le jeu le plus éloigné de la formule classique de toute la série. Toujours chapeauté par Shigeru Miyamoto, Zelda II est cependant réalisé par une équipe différente de celle du premier volet. Des personnes aussi influentes dans le développement de The Legend of Zelda que Takashi Tezuka (directeur) et Kōji Kondō (compositeur des musiques, ici remplacé par Akito Nakatsuka) sont absentes, ce qui explique sans doute les différences assez marquantes entre TLoZ et TAoL.

Une première saute d’abord aux yeux : à l’exception de sur la carte principale, Link est affiché à l’écran dans une perspective de scrolling horizontal, à la Mario, à mille lieues de la classique vue du dessus reprise par tous les Zelda 2D par la suite. Le cœur du gameplay est aussi bien différent, puisque Link peut dans The Adventure of Link gagner de véritables points d’expérience en attaque, magie et endurance, ce qui éloigne le jeu du genre action/aventure au profit de son petit-cousin, l’action RPG.

Le jeu est aussi notable pour reléguer Ganon au second plan : la menace de son retour pèse sur toute l’aventure, mais il n’apparaît pas « physiquement » dans l’histoire.

Sorti au Japon sur Famicom en janvier 1987, le jeu sera sujet à de nombreux changements à travers son passage sur NES : les couleurs des donjons changent, certains boss ont un aspect différent et surtout, le système de level up par attribut fonctionne d’une autre façon, ce qui est assez significatif.

Screenshot de The Adventure of Link Screenshot de The Adventure of Link Screenshot de The Adventure of Link

Le jeu reçoit de bonnes critiques à sa sortie, mais les changements radicaux qu’il introduit sont vus comme une déception par une partie des fans. On peut constater, en regardant les critiques de ses rééditions, notamment de celle sortie sur Game Boy Advance en 2004, que l’avis de la presse est un peu plus mitigé. On lui reproche souvent sa difficulté excessive.

Si The Adventure of Link est parfois vu comme le vilain petit canard de la série, on a cependant souvent tendance à oublier que le jeu introduit pas mal d’éléments qui auront une influence sur la suite. Il est le premier opus à donner autant d’importance aux PNJ (personnages non jouables) et il amène l’utilisation de la magie. Ocarina of Time lui fait également de nombreuses références en reprenant le nom de ses villes pour beaucoup de personnages du jeu, dont certains Sages, mais aussi avec l’Ombre de Link qui évoque le Dark Link de TAoL.

Il est enfin intéressant de noter que si Zelda allait s’écarter avec Zelda III du chemin dans lequel The Adventure of Link s’était engagé, un certain nombre de jeux japonais allaient s’inspirer du système de jeu de TAoL dans les années qui suivraient. On ne peut pas toujours gagner sur tous les tableaux…