Twilight Princess HD

Logo du jeu Twilight Princess HD

Fiche d'information

Boîte de Twilight Princess HD

Titre occidental : Twilight Princess HD
Titre original : トワイライトプリンセス HD
Éditeur : Nintendo
Développeur : Tantalus Interactive
Directeur : Tomomi Sano
Producteur : Eiji Aonuma

Joueurs : 1
PEGI : 12+

Sorti sur Wii U
Europe 4 mars 2016
Canada Etats-Unis 4 mars 2016
Japon 4 mars 2016

Fin 2006, le très attendu Twilight Princess sort enfin de sa tanière et arrive dans un contexte très particulier, puisqu’il enterre la GameCube et inaugure la toute nouvelle Wii ! Le 4 mars 2016, Twilight Princess HD arrive sur les étals dans un contexte très différent et autant dire que les joueurs avaient les crocs !

Twilight Princess HD voit le jour près de 5 ans après Skyward Sword, qui était alors le dernier volet de la série à être sorti sur console de salon. Après deux titres inédits sur 3DS et les remake d’Ocarina of Time et de Majora’s Mask, les fans de la série Zelda n’en pouvaient plus d’attendre la sortie de Breath of the Wild, le nouveau Zelda de salon attendu sur Wii U. Pour prendre leur mal en patience, ils ont dû se rabattre sur ce portage HD de Twilight Princess, après avoir déjà dû se satisfaire de The Wind Waker HD en septembre 2013 et d’Hyrule Warriors en septembre 2014.

Cette fois, on ne retrouve pas Grezzo, dont les équipes étaient certainement trop occupées par le développement de Tri Force Heroes, mais le studio australien Tantalus Interactive, à qui l’on devait déjà les portages Wii U de Mass Effect 3 et de Deus Ex: Human Revolution. Compte tenu du contexte, on imagine facilement la pression sur les épaules du petit studio qui se retrouve en charge du remake HD du jeu le plus vendu de la série.

Un goût d’inachevé

Changement de support oblige, la première chose qui saute aux yeux est le passage en 1080p, contre 480p en 2006. Cela s’accompagne de textures bénéficiant d’un joli lifting : les pierres, les plantes, l’herbe : nombreux sont les détails et les éléments à avoir été affinés. Les visages des personnages principaux ont été particulièrement soignés, Link, Zelda et Midona en tête, mais on ne peut pas en dire autant des personnages secondaires aux traits souvent grossiers. Par contre, on apprécie grandement le travail opéré sur les effets de lumières, particulièrement nombreux dans ce jeu où les oppositions entre ombre et lumière sont légions, puisqu’ils en ressortent sublimés.

Du côté des doléances, nous avons vite constaté qu’aucune évolution n’a été apportée sur les modèles 3D. Si cela était déjà le cas dans The Wind Waker HD, ce dernier avait pour lui le Cel-Shading pour adoucir le côté très anguleux des modèles de la décennie précédente.

On regrette aussi avoir pu constater quelques petites chutes de framerate, notamment dans les zones où le brouillard est très présent. The Wind Waker HD souffrait du même mal, et heureusement les chutes sont ici moins fréquentes et assez peu gênantes, mais on se souvient que Twilight Princess restait solidement attaché à ses 30 images par secondes sur GameCube et Wii.

Le jeu accuse aussi son âge dès que l’on prend un peu de recul pour observer les décors. En extérieur, la nature manque de variété, de densité et tout simplement de vie. En intérieur chaque pièce semblera immanquablement très anguleuse. Il faut dire qu’entre Red Dead Redemption, The Witcher 3 et les promesses apportées par Breath of the Wild, il s’en est passé des choses dans le monde merveilleux des jeux-vidéo entre 2006 et 2016.

D’ailleurs, puisque l’heure est à la comparaison, on regrette que les déplacements à cheval, qui ont pourtant gagnés en souplesse et fluidité, semblent encore datés par rapport à ce que proposaient d’autres jeux sur le marché au même moment.

Un jeu plaisant à prendre en main

Reste qu’une fois le titre lancé, on se prend vite au jeu et on ne pourra que conseiller de découvrir Twilight Princess avec ce portage HD. Manette en main, on réalise rapidement que le jeu est un modèle de maniabilité dans la plupart des situations, que les caméras ne posent jamais de réel problème, mais aussi que le level design des donjons n’a pas pris une ride. Et c’est sans doute là que le jeu tire son salut, puisque les phases en intérieur y sont particulièrement nombreuses.

Du côté des contrôles, dites au revoir à la détection de mouvement qu’offraient la Wiimote et le Nunchuck, et dites bonjour au GamePad de la Wii U. S’il n’apporte pas grand-chose en terme de gameplay, il a le mérite de rendre le jeu très confortable en affichant en permanence sur l’écran votre inventaire ou la carte. Un point fort que l’on appréciait déjà dans The Wind Waker HD.

Autre apport permis par le GamePad, la visée gyroscopique fait son retour, après avoir été introduite par Ocarina of Time 3D et reprise dans The Wind Waker HD. Celle-ci s’avère toujours aussi efficace lorsqu’il s’agit d’ajuster un tir à la volée.

Le jeu apporte aussi quelques adaptations plus ou moins bienvenues. Du côté des bons points, la quête secondaire demandant de récolter 60 spectres, afin que le personnage de Giovanni puisse retrouver sa forme humaine, a été un peu simplifiée. Le personnage vous confiera désormais la lanterne fantôme, un nouvel item permettant de détecter les spectres autour de vous. Un ajout appréciable pour cette grosse quête secondaire qui n’était pas palpitante dans sa version originale.

Du côté des points plus discutables, les phases vous demandant de remplir votre calice avec des perles de lumières ont été un peu écourtées et simplifiées, puisqu’il y a désormais 12 perles à débusquer, et non plus 16. On peut y voir la volonté de fluidifier le temps passé entre les donjons, mais on est assez peu convaincu du fait que ces passages étaient ceux méritant le plus d’être coupés à la serpe. On pense notamment aux premières heures du titre, parmi les plus poussives de la saga, qui auraient gagné à être repensées afin de permettre aux joueurs d’entrer plus vite dans le vif du sujet.

Des nouveautés discrètes

Les nouveautés sont peu nombreuses dans Twilight Princess HD. Commençons tout de même par les réjouissances : un mode Héros a été ajouté au titre et il est accessible d’entrée de jeu ! Ce mode est similaire à celui proposé dans The Wind Waker HD et propose aux joueurs en quête de défi de parcourir l’aventure dans un univers en mode miroir (et donc identique à la version Wii), où aucun cœur n’a été caché sous le moindre brin d’herbe et où les dégâts reçus sont doublés.

Du côté des Amiibo, ceux issus de la séries Zelda offriront aussi quelques bonus aux joueurs (cœurs, flèches) ou un malus dans le cas de Amiibo Ganondorf (dégâts reçus temporairement doublés).

Un Amiibo représentant Link sous sa forme de loup, chevauché par Midona a aussi vu le jour en même temps que le jeu. Il permet d’accéder au seul contenu ajouté au jeu : La Cave du Crépuscule, une arène où l’on vous demandera d’enchaîner plusieurs vagues d’ennemis. Un genre de DLC mal caché sous la forme d’un Amiibo, autant dire qu’il aurait été préférable que cette cave soit accessible à tous, sans avoir à repasser à la caisse. Ceux qui viendront à bout de cette épreuve repartiront avec une nouvelle bourse permettant de transporter jusqu’à 9 999 rubis.

Conclusions

Twilight Princess HD n’est pas un mauvais portage. Le jeu fait honneur au matériel d’origine et il s’agit évidemment de la meilleure façon de découvrir ce titre aujourd’hui. Le jeu bénéficie toujours des qualités de son aîné et le lifting graphique permet de cacher une partie de la poussière sous le tapis.

Mais cela ne semble pas suffisant dans un contexte où les fans n’en pouvaient plus d’attendre un véritable titre exclusif à la Wii U. D’une part les nouveautés sont très maigres et presque exclusivement réservées aux détenteurs d’Amiibo, d’autre part certains aspects du jeu sont encore nettement marqués par le poids des années.

Malgré les quelques dizaines d’heures plaisantes offertes par Twilight Princess HD, une réelle lassitude s’est installée dans ce triste enchaînement de portages et autres placebos, si bien qu’on ne peut s’empêcher de voir au travers de ce titre beaucoup d’opportunisme et un soupçon de fainéantise.

Fiche rédigée par Zemo