Logo du jeu Skyward Sword

The Legend of Zelda: Skyward Sword

Nom original : ゼルダの伝説 スカイウォードソード
Sorti sur Wii en 2011

Logo du jeu Skyward Sword

Fiche d'information

Boîte du jeu Skyward Sword

Titre occidental : Skyward Sword
Titre original : ゼルダの伝説 スカイウォードソード

Développeur : Nintendo EAD
Réalisateur : Hidemaro Fujibayashi
Producteur : Eiji Aonuma

Voir les crédits

Joueurs : 1
PEGI : 12 ans et plus

Sorti sur Wii
Europe 18 novembre 2011
Canada Etats-Unis 20 novembre 2011
Japon 23 novembre 2011

Avis sur le jeu

"Plus qu'une vitrine tardive pour la Wii, Skyward Sword est un Zelda qui a le mérite d’amener la série hors des sentiers battus. C’est aussi un bel hommage à chacun de ses prédécesseurs, dont l’influence se fait sentir sans être écrasante. Le jeu a sa part de maladresses, mais comme The Wind Waker en son temps, on a du mal à lui en vouloir : sa légèreté et son charme lui pardonnent presque tout." (par Bakura)

Historique et présentation

Link dans Skyward Sword

Link dans Skyward Sword

Si le début du développement de Skyward Sword remonte à au moins 2008, le jeu aura pris son temps pour se révéler aux fans, prenant ainsi le contre-pied de son prédécesseur, Twilight Princess. C’est un dessin diffusé par Miyamoto dans la foulée de l’E3 2009 qui constitue la première trace de son existence. L’image a la particularité de représenter Link sans son épée et accompagné d’une étrange créature en apparence féminine, qui, visuellement, rappelle furieusement les motifs présents sur la Master Sword. Cela amène les fans à penser qu’il pourrait s’agir d’une sorte de personnification ou d’esprit de l’épée de légende.

Entre fin 2009 et début 2010, diverses interviews évoquent notamment une rupture dans le traditionnel rythme donjon-exploration-donjon et jettent le doute sur le style graphique employé. Par ailleurs, Eiji Aonuma laisse entendre dans un entretien que Link pourrait bien voler dans sa prochaine aventure… Quelques jours avant l’E3 2010, diverses rumeurs font état d’un jeu très en amont dans la chronologie de la série qui dévoilerait l’origine de l’Épée de Maître ainsi qu’un retour au cel-shading, autant de points confirmés lors du salon.

La première bande-annonce du jeu — sous-titré Skyward Sword — y est en effet diffusée. On y découvre un Link bel et bien adulte, mais avec la patte graphique « dessin animé » qui avait marqué The Wind Waker. Miyamoto présente cet aspect comme un hommage aux toiles impressionnistes. Une démonstration jouable, notablement entachée de nombreux couacs techniques lors de la conférence de Nintendo, met en avant les contrôles au Wii MotionPlus, accessoire rendant les contrôles de la console plus précis. La démonstration se termine par une cinématique montrant Link sauter dans le ciel. À la suite de cela, Miyamoto révélera que Link est cette fois originaire d’une île céleste nommée Célesbourg.

Screenshot de Skyward Sword Screenshot de Skyward Sword Screenshot de Skyward Sword

Il faut attendre la Game Developers Conference de mars 2011 pour que le jeu refasse parler de lui. Lors de cet événement traditionnellement accompagné d’une annonce Zelda, une deuxième bande-annonce révèle un vaste panel d’ennemis, des influences assez diverses avec notamment des éléments typés aztèques mais surtout un mystérieux personnage à l’aspect comparable à celui de la Master Sword personnifiée. Détail amusant, la musique du trailer, qui se révèlera par la suite être aussi le thème principal du jeu, n’est autre que la célèbre Berceuse de Zelda jouée à l’envers…

Zelda dans Skyward Sword

Zelda dans Skyward Sword

La série Zelda tout entière est célébrée à l’E3 de juin 2011 pour ses 25 ans et Skyward Sword n’est évidemment pas en reste. Accompagnées en direct par un orchestre, de nouvelles images du jeu révèlent l’utilisation d’oiseaux géants par Link et Zelda pour circuler dans les cieux. La démo jouable présentée sur le salon permet notamment de s’initier à ce moyen de locomotion qui semble aboutir en fin de compte à une mécanique d’exploration comparable à celle de The Wind Waker, le ciel remplaçant la mer, les îles flottant au-delà des nuages.

À la suite de plusieurs mois de communication intense autour du jeu, Nintendo lance enfin Skyward Sword le 18 novembre 2011 en Europe et le 20 du même mois en Amérique du Nord.

Habitant de l’île céleste nommée Célesbourg, Link est très vite contraint de s’aventurer sur la Terre, jusqu’à présent inconnue de son peuple, pour y retrouver Zelda, enlevée par le Banni, forme scellée de l’Avatar du Néant, origine de tous les maux. De nouvelles races telles que les Tikwis et les Mogmas permettent au jeu de s’éloigner de ces prédécesseurs, tout en conservant un lien étroit avec la série.

Skyward Sword connaît à sa sortie de très bonnes critiques, de la part de la presse mais aussi des fans. S’éloignant du modèle d’Ocarina of Time repris par son prédécesseur, le jeu renoue avec l’originalité. Grâce aux nouveaux éléments de gameplay introduits par l’utilisation du Wii MotionPlus, ainsi qu’à des graphismes à cheval entre Twilight Princess et The Wind Waker, Skyward Sword est vu par bon nombre d’entre eux comme un épisode amenant de la fraîcheur à la saga. Un sérieux bug empêchant de continuer l’histoire si le joueur choisit de commencer par le dragon de foudre, le moment venu de reconstituer le champ du héros, vient toutefois entacher la réussite qu’est Skyward Sword.