Logo du jeu Breath of the Wild

Solution de Breath of the Wild

L'Ode aux Prodiges - Étape 2
La Chanson de Revali

Téléportez-vous près de Vah’Medoh et planez jusqu’aux piliers de pierre apparus dans la région de Tabanta, à l’est du mont Canfou. Une fois arrivé, la voix d’un sage résonne de nouveau dans votre tête. Trois localisations apparaissent alors sur chacun des piliers, censées correspondre à des lieux où vous pourrez renforcer votre « force intérieure ».

Asarim, également présent sur les lieux, remarque alors votre présence. Il vous conte que ces intrigants piliers sont mentionnés dans un chant inachevé de son maître, et qu’il parcourt les régions mentionnées dans ce chant afin d’achever son œuvre. Il vous chante alors un couplet lié à ces piliers : l’épreuve de Revali.

À Medoh la céleste dont le vent est l’ami
le Prodige impétueux souhaite insuffler la vie.
Pour accroître sa force, une voix l’envoie vers
les sites qui se dessinent sur les piliers de pierre.
Va, transperce les cornes du dragon flamboyant.
Va, franchis les anneaux tel le souffle du vent.
Et transperce quatre cibles en un infime instant.
Ton courage invincible, qui ici t’a mené,
par la dernière épreuve se verra éprouvé.

Ce chant est en fait lié aux trois localisations indiquées sur les piliers de pierre. Marquez donc sur votre carte les lieux correspondants.

Le dragon flamboyant

Rendez-vous à la localisation correspondant à la gorge Tragite, juste au sud de l’ancien village de Tabanta. Le plus simple est de se téléporter à la tour d’Hébra et de planer en direction du sud/sud-ouest. Vous verrez un feu de camp près du bord de la gorge, et un soldat Piaf scrutant le canyon. Celui-ci vous apprend que le chef du village Piaf l’a chargé de surveiller le dragon qui passe dans la gorge. Il vous indique aussi qu’il a remarqué que lorsqu’il fait nuit noire, il passe par cette gorge et alors ses cornes brillent d’une lueur envoutante.

Attendez donc la nuit, grâce au feu de camp allumé tout près. Ordrac devrait pointer le bout de son museau, ses cornes brillant d’un éclat bleuté inhabituel. Mettez donc votre équipement ignifuge, attendez qu’il soit à portée puis élancez-vous et décochez une flèche sur une de ses cornes. Lorsque vous faites mouche, la lueur bleue s’éclipse et un sanctuaire apparaît de l’autre côté de la gorge. Vous pouvez récupérer l’éclat de corne d’Ordrac tombé près du sanctuaire avant de vous y rendre.

Symbole de la tétralame Sanctuaire de Sirito’Gheoma Viser dans la quiétude
Localisation : Gorge Tragite

Commencez par vous élancer avec la paravoile et traversez le gouffre à l’aide des ventilateurs. Sur la plateforme d’en face, un ventilateur et en hauteur, un mur de blocs fissurés : posez une de vos bombes dans le courant du ventilateur, et faites-la exploser lorsqu’elle arrive à hauteur des blocs. Élancez-vous avec la paravoile et traversez l’ouverture créé. Répétez l’opération en glissant une bombe dans le cornet situé devant vous et en la faisant exploser face aux blocs fissurés au loin. Attention, les blocs sont un peu loin, il faut attendre que la bombe commence sa descente pour la faire exploser.

Plus loin vous arrivez sur une roue avec deux ventilateurs et des conduits pour poser une bombe ronde. En face, un mur de bloc fissurés. Le problème est que lorsque le courant des ventilateurs passe sur un moulin à vent juste avant les blocs, une grille s’abaisse pour empêcher toute bombe d’atteindre le mur. Utilisez donc Cinétis pour figer la roue lorsqu’un ventilateur est aligné au mur de blocs. Attendez que le grille se relève et posez votre bombe dans le conduit.

Poursuivez votre chemin, mais avant d’aller voir Sirito’Gheoma, volez vers la plateforme suspendue où se trouve un coffre renfermant 10 flèches explosives. Retrouvez enfin le sage qui vous remet un emblème de Medoh.

Les anneaux

La prochaine localisation donnée par les piliers de pierre correspond au sommet du mont Hébra. Téléportez-vous donc au sanctuaire de Gaoma’Asa, puis allez vers le sud. Vous verrez immédiatement un anneau lumineux bleu, point de départ d’une glissade contre la montre !

On vous rappelle les commandes pour glisser sur votre bouclier : levez le bouclier avec Bouton ZL, sautez avec Bouton X et immédiatement appuyez sur Bouton A pour glisser. Suivez la course des anneaux. Un compte à rebours s’affiche au-dessus de chaque anneau pour vous indiquer le laps de temps - environ 15 secondes - avant que l’anneau disparaisse, vous obligeant à recommencer la course.

Une fois l’anneau final franchi, un sanctuaire apparaît.

Symbole de la tétralame Sanctuaire de Kiha’Tusa Le chemin de l’orbe
Localisation : Prairie gelée d'Urban

Le principe de ce sanctuaire est de corriger la trajectoire d’un gros orbe qui suit un parcours de haut en bas, pour l’amener jusqu’à son interrupteur. Avant de vous élancer dans les airs grâce au ventilateur, créez donc deux blocs de glace alignés pour relier la planche à bascule à gauche avec le toboggan à droite. Ensuite, élancez-vous à l’aide du ventilateur pour arriver au sommet du parcours.

Descendez et suivez le parcours de l’orbe. Au deuxième virage, vous devez déplacer des panneaux métalliques avec Polaris pour empêcher l’orbe de chuter. Juste après, alignez avec Polaris les deux blocs métalliques pour former un pont. Prêtez ensuite attention au bouton poussoir situé juste après et jetez un œil en contrebas.

Lorsque vous vous tournez vers l’entrée, vous avez en contrebas à droite une planche à bascule et à gauche un autre bouton poussoir. Le bouton près duquel vous vous trouvez inverse le sens du tapis roulant derrière vous. Dès que l’orbe est passé, il vous faudra immobiliser la planche à bascule avec Cinétis pour l’empêcher de basculer. Puis vous devrez sauter pour activer au bon moment le deuxième bouton poussoir afin d’éjecter l’orbe vers son socle.

Avant d’aller voir le sage, revenez au sommet du parcours. Là se trouve un plan d’eau. Utilisez Cryonis pour dresser un bloc de glace et montez dessus puis sautez sur le bloc de pierre. Elevez une autre bloc de glace sous le bloc de pierre pour élever ce dernier et allez récupérer un arc du faucon dans le coffre au sommet des escaliers.

Planez ensuite pour retrouver Kiha’Tusa qui vous remet un nouvel emblème de Medoh !

Les quatre cibles

La dernière localisation correspond à la zone d’exercice au vol. Téléportez-vous donc au sanctuaire de Sha’Tawa. Si vous rejoignez la zone à une certaine heure, vous y trouverez Teba venu entraîner son fils Babil. Si vous lui parlez des quatre cibles à abattre en un infime instant de la chanson d’Asarim, il vous apprendra qu’il a déjà entendu parler d’un exploit de la sorte réalisé par le grand Revali lui-même. Si les deux Piafs sont absents, vous pourrez toujours les trouver au village des Piafs, bien qu’il ne soit pas nécessaire de leur parler pour accomplir cette épreuve.

Sautez donc dans les courants ascendants, choisissez quatre cibles et abattez-les dans le même laps de temps ralenti. Les cibles de devant sont plus espacées, alors nous vous conseillons de vous attaquer à celle qui se trouve de l'autre côté du pic central. Cela fera apparaître le dernier sanctuaire en contrebas.

Symbole de la tétralame Sanctuaire de Nohie’Roji Vents porteurs
Localisation : Zone d'exercice au vol

Positionnez-vous sur le premier ventilateur et décochez une flèche sur l’interrupteur face à vous pour l’activer. En haut, vous apercevez un gigantesque pilier tournant. Vous allez devoir activer les ventilateurs situés au sommet du pilier grâce à des interrupteurs situés dans ce même pilier.

Repérez l’ouverture dans la pointe inférieure du pilier, vous y verrez un groupe de ventilateurs. Empruntez-les pour arriver au niveau d’un premier interrupteur. Décochez une flèche dessus pour activer un ventilateur.

Vous apercevrez sur le pilier une porte surmontée d’un interrupteur « moulin à vent ». Attendez que cet interrupteur passe au niveau d’un courant d’air pour que la porte s’ouvre et engouffrez-vous dedans pour trouver un deuxième interrupteur.

Un peu plus haut sur une autre face du pilier se trouvent des blocs fissurés. Décochez une flèche explosive en l’air ou lâchez une bombe en plein vol pour les faire exploser. Vous trouverez un autre interrupteur derrière.

Enfin, le dernier interrupteur est situé derrière des grilles. Envolez-vous à leur hauteur et décochez une flèche à travers les grilles ou utilisez une flèche explosive sur le côté droit pour vous éviter d'avoir à viser.

Envolez-vous maintenant vers le ventilateur situé au-dessus de la porte derrière laquelle vous avez trouvé le deuxième interrupteur. Volez de ventilateur en ventilateur en tournant autour du pilier dans le sens antihoraire, jusqu’au sommet du pilier. Une fois en l’air, vous verrez une plateforme avec un coffre à son sommet. Dirigez-vous en planant à l’arrière de cette plateforme. Vous y verrez une ouverture avec un ventilateur. Engouffrez-vous et volez jusqu’au sommet où vous pourrez récupérer un bouclier de l’égide dans le coffre.

Rejoignez maintenant Nohie’Roji pour qu’il vous remette le dernier emblème de Medoh.

Vah’Medoh

Rejoignez Vah’Medoh comme vous l’a demandé le dernier sage. Vous y entendez de nouveau la voix d’un sage qui vous met à l’épreuve et vous transporte dans le monde de vos souvenirs.

En effet, c’est la peur enfouie dans le fond de votre être que vous allez devoir affronter. Cette peur, elle se matérialise sous vos yeux sous la forme de l’Ombre de vent de Ganon. Et vous devrez l’affronter avec les seules armes que vous confie le sage : une lame rémige, un arc du faucon, un arc à double encoche et un arc de la dévotion accompagnés de 100 flèches en bois et 5 flèches explosives.

Comme votre précédent combat contre cet ennemi, servez-vous des courants ascendants pour vous maintenir à hauteur de tir. Une fois que l’ennemi se matérialise, il suffit d’une flèche explosive ou de trois flèches en bois en plein dans son œil pour le faire tomber. Profitez-en pour l’attaquer avec votre lame rémige !

Au milieu de sa barre de vie, l’Ombre de vent va commencer à se fâcher. Quand bien même, réitérez l’opération en faisant tout de même attention à ses feintes puisqu’il fait semblant de se rematérialiser une fois sur deux. Une fois la lame rémige détruite, finissez-le avec des flèches en plein dans son œil.

Une fois l’ennemi vaincu, vous retrouvez vos esprit aux pieds de Vah’Medoh. Asarim est là lui aussi. Ce dernier vous révèle sa toute nouvelle chanson sur le Prodige des Piafs. Ecoutez donc la chanson de Revali et replongez dans le souvenir d’une de ses rencontres avec la princesse Zelda !

Une fois revenus à vous, vous entendez de nouveau l’esprit de Revali vous parler. Vous recevez ainsi la Rage de Revali +, amélioration du pouvoir de Revali !

Sachez qu’une fois cette quête terminée, vous pourrez revenir autant de fois que vous le voudrez explorer vos souvenirs de Vah’Medoh et tenter de triompher de l’illusion !


Vous aurez l'occasion d'en savoir plus sur le Prodige piaf. En effet, en parlant avec leur chef vous apprendrez que le journal de Revali a été retrouvé. Vous le trouverez dans la chambre de Teba.

Aujourd'hui, j'ai une fois encore remporté le tournoi d'archerie. Au village, on ne parle que de toutes les victoires consécutives à mon palmarès. J'ai gagné haut la main et établi un nouveau record. On m'appelle la fierté du peuple piaf ! Ce n'est pas désagréable. Le chef m'a demandé ce que je désirais en récompense. Je lui ai demandé un terrain pour m'entraîner à l'arc. Il me faut un endroit où je puisse travailler les variations d'altitude... pour perfectionner ma technique.

Je me suis encore entraîné à l'arc, aujourd'hui. Mon ascension après chute libre n'est toujours pas au point. Demain, je retournerai à la zone d'exercice. Là-bas, je peux m'entraîner plus efficacement. On m'a dit que des enfants du village qui m'admirent veulent venir me voir. Après tout, si d'autres Piafs veulent s'entraîner, je pourrais peut-être la rendre publique... Demain, je veux essayer quelque chose. Si je parviens à générer des courants ascendants comme ceux qui soufflent là-bas...

J'entends de plus en plus de rumeurs qui ne me disent rien qui vaille à propos de la résurrection du Fléau Ganon. Il y a quelques années, une relique appelée Medoh a été déterrée. On dit qu'elle servirait à combattre Ganon. Le royaume d'Hyrule cherche quelqu'un pour la piloter, et apparemment, ce n'est pas à la portée du premier venu. On dit que pour piloter une créature divine, il faut posséder une grande puissance sacrée... Autrement dit, quiconque parvient à en piloter une est doté d'une force incroyable. Je me verrais bien dans ce rôle... Si je vaincs le Fléau aux commandes d’une créature divine, je pourrai prouver ma force au monde entier.

La princesse d'Hyrule est venue me demander de piloter une créature divine, mais je me fais flouer dans cette histoire. Les créatures divines ne serviront que de renforts. C'est un chevalier hylien qui affrontera le Fléau. C'est complètement ridicule. Pourquoi devrais-je me cantonner à épauler ce type ? J'allais refuser sur-le-champ quand la princesse m'a dit : « Il est de notre devoir de protéger tous les êtres qui vivent sur ces terres de l'emprise du Fléau... » Je n'avais jamais entendu personne déclamer de telles platitudes, mais elle était on ne peut plus sérieuse... Je pensais que les Hyliens ne se préoccupaient que de leur sort, mais certains sont plus altruistes, on dirait. Par égard pour la princesse, j'ai décidé d'attendre avant de lui donner ma réponse.

Demain, la princesse d'Hyrule viendra chercher sa réponse... J'ai l'intention d'accepter. Je suis à deux doigts de parfaire ma technique. Et quand j'en ferai ma démonstration... Tout le monde sera forcé d'admettre que c'est à moi, Revali, que revient d'affronter le Fléau... Pas ce chevalier Je-ne-sais-qui... J'imagine déjà le roi, la princesse... et même le chevalier me supplier à genoux... « Seigneur Revali, grand guerrier piaf, accédez à notre requête et, à bord de la créature divine, éliminez le Fléau. »

Au cours de la cérémonie d'intronisation au château d'Hyrule, j'ai reçu le titre insigne de Prodige. Si un nom ou costume rendait plus fort, ça se saurait. Enfin, cette écharpe bleue n'est pas pour me déplaire. Cet insupportable chevalier taciturne était complètement inexpressif... Je me demande bien ce qu'il pense... C'est un grand combattant, c'est certain. On dit qu'enfant déjà, il remportait ses combats contre des chevalier adultes. Mais il ne fait pas le poids contre moi... Personne ne peut rivaliser avec ma technique. D'ailleurs, il faut que je lui trouve un nom... Voyons... « Le Typhon de Revali » ?

Aujourd'hui, la princesse est venue en visite officielle au village, et le chevalier l'escortait. Je suis allé lui parler pendant que la princesse s'entretenait avec le chef, mais il est ennuyeux comme la pluie. Je lui ai fait une démonstration de la Rage de Revali (nouveau nom du Typhon de Revali), mais il est resté impassible. Pourtant, je suis encore loin de l'exécuter parfaitement à tous les coups. J'ai pris un gros risque... Si ça se trouve, il ne comprend rien à rien. J'ai essayé de le provoquer, mais là encore, il n'a pas réagi. Ce manque de répondant était si ridicule que je me suis retiré à bord de Medoh. Mais qu'est-ce qui ne va pas, chez lui ?

Daruk m'a fait savoir que demain, nous accompagnerons la princesse d'Hyrule à la montagne de Lanelle. Au petit matin, nous les conduirons au pied de la montagne, elle et son laquais, et le soir nous y attendrons leur retour. Je me suis demandé poruquoi je devrais prendre à une telle corvée, et puis j'ai revu le visage de la princesse. Quand elle m'a demandé d'être pilote, elle devait être rongée par la frustration de ne pas pouvoir accomplir son devoir. J'avoue ne pas connaître la souffrance de n'avoir aucun don, mais les grands efforts qu'elle fournit sont touchants. Je sais. Je ne vais quand même pas me déranger pour l'accompagner, mais j'irai faire un saut pour l'accueillir demain soir. Qui sait, elle aura peut-être réussi à éveiller ce fameux pouvoir du sceau, d'ici là...

Article rédigé par Izzy Novada

Avatar de Izzy Novada

À propos de l'auteur :
Seul membre de l'équipe possédant le permis de tuer quelqu'un, j'aime m'occuper des aspects techniques et administratifs du site, même s'il m'arrive aussi de donner des coups de main pour rédiger des articles.