Rozen dévoile Ballads of Hyrule

Vous le savez sans doute, la rédaction de Puissance-Zelda compte dans ses rangs quelques fans de Rozen, le producteur et compositeur qui a notamment publié Sins of Hyrule le 1er décembre dernier, on l’avait d’ailleurs interviewé à ce sujet.

On vous laisse donc imaginer notre enthousiasme suite à l’annonce de Ballads of Hyrule, que Rozen décrit comme « l’antithèse de Sins of Hyrule », un album beaucoup plus calme et contemplatif.

Pochette de Ballads of Hyrule

Pour vous donner une idée du contenu, deux pistes peuvent déjà être écoutées. On vous conseille aussi d’aller jeter un œil à Nayru’s Love: Ballads of Hyrule, un EP publié par Rozen en 2016 dont les pistes, remasteriées pour l’occasion, se voient intégrées à ce nouvel album.

L’album, publié sous le label Materia Collective, peut déjà être précommandé sur Bandcamp en plusieurs format. La version numérique sera disponible intégralement dès le 1er mai, et les expéditions des exemplaires physiques – 500 CD et 500 vinyles – débuteront le 1er juillet.

Ballads of Hyrule, version CD
Ballads of Hyrule, version Vinyle

Comme on est de nature curieuse, nous n’avons pas pu nous empêcher de poser quelques questions à Rozen à propos de ce nouveau projet.

Nos questions à Rozen au sujet de Ballads of Hyrule

Tu as publié Nayru’s Love: Ballads of Hyrule au début de l’année 2016, un EP de quatre pistes qui semblent se retrouver dans ce nouvel album, même les pochettes de ressemblent beaucoup. Quel est le lien entre les deux projets ?

En 2016, j’avais pour projet de publier trois EP autour d’un même thème : Nayru’s Love, Farore’s Wind et Din’s Fire (ndt : du nom des trois pouvoirs des trois déesses d’Ocarina of Time). L’idée était de dépeindre les thèmes qui me faisaient penser à leur travail dans la création d’Hyrule, et les émotions qu’elles représentaient.

J’ai voulu livrer petit à petit mes créations à Materia Collective et Bandcamp. Mais désormais, j’ai une meilleure bande passante créative et de production pour m’attaquer à un album, j’ai donc décidé de les tout combiner dans un album, au lieu d’attendre trop longtemps pour avoir les trois.

Le sous-titre de Nayru’s Love était « Ballads of Hyrule », ce qui a donné naissance au concept clé de cette création. On pourrait dire que c'est la suite de ce projet, qui arrive enfin à son terme.

Tu décris Ballads of Hyrule comme « L'antithèse de Sins of Hyrule », ton précédent album, et il est évident qu’on a affaire à un album beaucoup plus calme et relaxant. Quel était ton but avec cet album ? Tu avais besoin de te relaxer après les grosses percussions et les cuivres de Sins of Hyrule ?

Pour chaque album que je produis, j’essaye d’explorer une piste différente du précédent. Sins of Hyrule a un peu "assombri" mon âme, alors je me suis naturellement penché vers quelque chose de plus sain et de plus léger. Mais n’ayez pas peur, l'obscurité et l'intensité feront toujours partie de mon son. Je sais déjà que mon prochain album sera lourd et complètement différent de tout le reste. ;)

La dernière fois que l’on a échangé ensemble, tu expliquais que l’une des tes sources d’inspiration pour Sins of Hyrule avait été Hyrule Historia et le désir de créer une bande son pour les scènes qui n’existent pas dans les jeux Zelda. Quelle est l’inspiration derrière Ballads of Hyrule ? Cet album raconte-t-il aussi une histoire ?

Si vous avez écouté Time Once Lost, mon album sur Majora’s Mask, vous remarquerez une similarité avec le concept de Ballads of Hyrule. Il y est question de nostalgie : revisiter des endroits que vous aviez déjà traversés, apprendre à connaître les différentes races et les villages des différentes versions d’Hyrule à travers le temps. Dans la plupart des cas, quand j'ai écrit les arrangements de ce projet, je me suis clairement vu marchant dans de ces lieux, sous une nuit de pleine lune, lorsque que tout est calme et paisible. L'histoire est donc celle qui vous passait par la tête lorsque vous avez visité ces lieux pour la première fois.

Peu après sa sortie, Sins of Hyrule a eu le droit à une sortie en vinyle et a même été réédité dans ce format la semaine dernière. Cette fois, pour Ballad’s of Hyrule, on peut d’ores-et-déjà précommander le vinyle. A la sortie de Sins of Hyrule, cela était-ce une demande surprise des fans ? Les fans de Zelda aiment ce format ?

Je pense avoir été époustouflé par la réaction de la communauté pour l’obtention des vinyles. Je veux donc essayer d'en faire un standard et continuer à fournir les meilleurs souvenirs possibles pouvant être associés à ma musique. Je suis le plus grand fan de vinyles qui soit, donc je veux aussi agrandir ma collection Zelda !

Quelle piste as-tu le plus hâte de révéler ?

Moonlit Stroll on Dragon Roost Island (ndt : Promenade au clair de lune sur l'île du Dragon). Je pense que ce morceau est celui qui représente le mieux le concept et le son de l'album, et elle n'est pas ce que l'on attend généralement d'une reprise.

Résultat du concours Sins of Hyrule

On profite de cette news pour revenir rapidement sur le concours Sins of Hyrule lancé en février, dans lequel nous vous demandions de nous raconter votre souvenir musical préféré lié à Zelda.

Puisque nous n’avons pas eu l’autorisation de tous les participants au concours pour publier leurs souvenirs, on vous laisse donc en compagnie du souvenir de Vivi, qui nous avait fait une très belle impression.

Mon souvenir musical préféré est lié au jeu Link’s Awakening.

Depuis toute petite je joue aux jeux Zelda, depuis le tout premier, sur NES. Bon, pour être franche, quand j’étais vraiment trop petite c’était plutôt mon papa qui jouait. Je me souviens d’ailleurs que certains boss me faisaient peur (Gohma… beurk…). Mais c’était un sentiment un peu bizarre, à la fois un mélange de peur et d’excitation. Et puis j’étais trop contente quand mon papa venait à bout des boss… puisque forcément « ON a gagné ».

Link’s Awakening est le premier jeu que j’ai fait toute seule, en noir et blanc, sur ma grosse Game Boy blanche. Quand je dis que je l’ai fait seule, je veux dire que c’était sans mon papa, puisque je l’ai fait presque intégralement avec ma petite sœur à côté de moi. C’était notre Game Boy, la même avec laquelle nous avons joué à Pokémon quelques années plus tard. Mais cette fois, c’était un peu moins le papa qui devait assurer et qui recevait des encouragements lors des combats contre les boss !

J’ai le souvenir d’avoir vraiment eu du mal à en venir à bout, même si on avait une solution trouvée dans un magazine. J’ai l’impression qu’à l’époque j’ai mis 150 heures à le finir !!! Mais depuis je l’ai refait des dizaines de fois ce jeu, je le connais par cœur, sur le bout des doigts. Je dois le refaire environ une fois par an, juste pour le plaisir. D’ailleurs, la mort de la pile de sauvegarde sur ma cartouche reste un grand drame de ma vie.

Vous allez me dire « Et le souvenir musical dans tout ça ? ». C’était à Paris, lors du concert symphonique au Palais des Congrès. J’y suis allé avec ma petite sœur, car même si elle n’est plus trop fan de Zelda, elle m’avait fait aller à un autre concert de ce genre, du coup c’était à son tour de m’accompagner pour ce concert. Forcément, j’ai adoré tout le concert et j’y ai passé un super moment. Mais au moment où la balade du poisson rêve a résonné dans la salle, d’un seul coup je me suis retrouvé catapultée dans mon enfance. Je me revoyais aller demander à mon papa comment on sort de la forêt. Je me revoyais avec ma petite sœur, assise par terre dans ma chambre, le dos contre le lit, à jouer pas trop loin de la lampe de chevet, la soluce grande ouverte sur la carte du monde à côté de nous. Je suis incapable de dire pourquoi j’ai pleurée à chaude larme à ce moment-là du concert, presque immédiatement. Ce n’était définitivement pas de la tristesse, mais pas vraiment de la joie non plus. C’était un peu comme si j’avais reçu le plus doux des câlins !! C’était tellement beau !!! Et je ne m’y attendais vraiment pas à l’entendre ce morceau. J’ai l’impression que ce thème musical est souvent oublié au profit d’autres thèmes beaucoup plus connus de la série. C’était vraiment super intense !

Les gagnants avaient pu remporter un exemplaire de Sins of Hyrule étiqueté « Puissance-Zelda exclusive » ainsi qu’un petit mot personnalisé par Rozen. Ci-dessous, le lot de Faëren, notre gagnante Facebook.

Sins of Hyrule: Puissance-Zelda Exclusive

On en profite aussi pour féliciter Chat Blanc, notre gagnant Twitter.

Le 08 avril 2018 à 19:58, par Zemo

Avatar de Zemo

À propos de l'auteur :
Entre deux news et deux tweets, j'essaye de rendre PZ plus agréable à visiter et d'organiser des interviews. Des rumeurs circulent sur mon âge avancé, elles sont fausses, je suis juste jeune depuis plus longtemps !

Derniers commentaires sur les forums

Vous devez être connecté pour pouvoir commenter.

Me connecter M'inscrire

Avatar de Zemo
Zemo mardi 01 mai 2018, 00:08:11
Petit up : l'album est disponible :)

Update après écoute : et il est bien !
Avatar de Linkondo
Linkondo lundi 09 avril 2018, 15:12:03
C'est une super nouvelle ! J'ai été agréablement surpris de voir qu'après Sins of Hyrule, excellent d'ailleurs, Rozen planche déjà sur un nouvel album. Le thème de Zora's Domain est très sympa, j'ai moins apprecié celui d'Asarim même s'il est très expressif. J'ai vu la liste des musiques, et ça promet ! *o* J'ai hâte d'écouter Kakariko's Village, et surtout Song of Storms bien évidemment. :oui: